Mots-clés

Le rassemblement des centres est-il une bonne nouvelle ?

utopieL’appel de François Bayrou à un « rassemblement durable » avec l’UDI « pour toutes les échéances électorales à venir » est le renoncement à la création d’une alternative à l’affrontement stérile entre gauche et droite. C’est l’abandon d’une vision transformatrice de la vie politique de notre pays.

Nous avions été nombreux au MoDem à refuser la politique proposée par la droite, faite de précipitation, de stigmatisation, de tensions et de violences verbales, et n’apportant pas de réponse durable à la crise. Au contraire, nombre de décisions de Nicolas Sarkozy et de la droite néolibérale ont contribuées à son aggravation.

Suis-je satisfait par la présidence Hollande ? Certainement pas. Les renoncements sont multiples et coupables : abandon de la réforme fiscale, recul sur la réforme bancaire, recul sur la décentralisation, mépris des entrepreneurs, absence de réforme de développement économique, reculades sur les lois de « moralisation » de la vie politique et sur l’introduction de la proportionnelle, report du non-cumul des mandats à 2017…

Si la liste des déceptions est longue, est-ce pour autant une raison pour rejoindre « la grande famille de la droite et du centre » que nous avons vue à l’œuvre : elle a été bien incapable d’apporter des réponses convaincantes aux sujets ci-dessus et ses propositions d’aujourd’hui ne traitent pas en profondeur les grandes questions du moment.

En participant le plus activement qu’il m’était possible, à la création du MoDem en 2007, ma motivation profonde était de travailler à l’émergence d’une vision nouvelle, hors de l’affrontement des deux camps qui gouvernent alternativement, et qui depuis 40 ans ont montré leur incapacité à répondre aux défis de nos sociétés modernes.

La Vème République et ses modes de scrutin imposent une vision bipolaire du monde politique. Elle condamne à choisir un camp contre un autre. C’est funeste pour notre pays car cela pousse à la critique plutôt qu’à la construction : il est rare que de bonnes idées naissent de conflits et d’affrontements. Elles se développent mieux dans le pluralisme, l’expression multiple et plurielle, les alliances de projets… Tant d’éléments difficiles voire impossible à développer dans le cadre de notre constitution, héritée de l’après-guerre mais inadaptée à la modernité du XXIème siècle.

Participer à la création d’un nouveau mouvement politique, c’était être des éclaireurs, montrer un chemin différent, faire évoluer  la vie politique vers un changement de pratiques et apporter de nouvelles réponses aux problèmes de nos sociétés. Le rapprochement du MoDem et de l’UDI est le retour au clivage droite-gauche, majorité-opposition, et l’abandon de cette vision transformatrice de la vie politique.

Principe de réalité ? Peut-être. Tactique destinée à préserver quelques sièges d’élus ? Sans doute. Mais quelle tristesse de voir les éclaireurs d’hier se ranger à l’arrière et abandonner leur idéal de changer la politique. Je me souviens de François Bayrou lors de la création du MoDem en 2007 lancer à la Mutualité « La politique ne sera plus jamais comme avant ». Raté. Avec ce choix tactique, le « Centre » repart 10 ans en arrière.

Ségolène Royal avait tenté avec Désirs d’Avenir et sa démocratie participative, de faire émerger une autre forme politique. François Bayrou et le MoDem ont également essayé avec « la 3ème voie », ainsi que Daniel Cohn-Bendit avec la coopérative « Europe Ecologie » avant qu’elle ne soit phagocytée par Les Verts. Ces tentatives, toutes intéressantes, n’ont pas produits les résultats attendus. Pour autant, sortir de la crise ne passera que par l’avènement d’une forme politique nouvelle. D’autres espaces de réflexion et d’action se créent. Ils peuvent devenir le siège de ce nouvel élan politique, à condition d’y travailler sans relâche, et de rester solide sur sa ligne directrice.

Les lecteurs de cet article ont également apprécié :

La revue "Agriculture et Environnem...
La revue "Agriculture et Environnement" revient dans son infolettre de décembre, sur l'épi...
Quelques pistes pour produire en France
Le mois dernier, j’ai démarré une nouvelle rubrique pour mon infolettre : d’ici la présidentielle de...
Pour une régionalisation des politiques ...
Nous étions 3 élus régionaux MoDem à participer cette année au congrès de l’Association des Régions ...
27 Mai 43 - 27 Mai 2014: Pour une nouvel...
Nous venons de vivre des élections européennes qui ont vu l'effondrement du parti politique actuelle...
La décentralisation en deuil. Les conser...
L'Assemblée Nationale valide le scénario a 13 megarégions: la décentralisation est en deuil. D'un c...
Métropolisation : et si c'était une erre...
26 janvier 2015, nous avions une séance plénière du Conseil Régional d'Aquitaine dédiée au panorama...

29 comments to Le rassemblement des centres est-il une bonne nouvelle ?

  • LE LANN Denis

    Comment se faire tailler un costard :
    De même que l’on ne se fait pas un joli costume, type patchwork, avec des vieux bouts de chiffons … (seuls les clowns excellent dans cette discipline …) _____ Il n’est pas possible de se refaire un centre avec les gens qui sont vassalisé (hier au RPR, aujourd’hui à l’UMP) qui ont largement dénigré le MODEM en crachant dans la soupe et en critiquant le principal moteur du centre François BAYROU. _____ On dit que François BAYROU s’était discrédité en votant HOLLANDE au deuxième tour des présidentielles de 2012, que nenni !!! Ce n’est pas mon avis. … En réalité François BAYROU s’est réellement discrédité en soutenant récemment Alain JUPPE pour les municipales prochaines et depuis ce week-end en voulant faire un centre !!! Avec l’UDI et J-Louis BORLØØ. _____
    Il est légitime de se poser la question comment, avec tous ces vieux bouts de chiffons partis à la soupe avec l’UDI, tailler un beau costard qui puisse séduire et entraîner des électeurs en dehors du centre … Le « vieux clown de l’UDF » (ce néocentre) va se faire remarquer avec son gros nez rouge et l’électeur qui sera tenté de voter pour lui, aura une fois de plus l’impression (et à juste titre) de voter SARKOZY de NAGY-BOSCA ou COPELOVICI. _____ C’est pour cela que ce « néocentre », s’il semble « une réalité aujourd’hui, ne deviendra qu’une utopie demain ».

  • Bonjour,

    Nous ne nous connaissons pas Monsieur Beauvillard, du moins pas encore car mon ancienneté au Modem ne remonte qu’à la veille des élections présidentielles 2012.

    En faite, j’ai hésité longtemps avant d’adhérer à un parti politique et notamment au Modem car j’ai toujours ressenti que les politiques dans leur généralité n’étaient pas des « coureurs de fonds » et que souvent ils abandonnaient la ligne directrice qui était la leur pour de futiles raisons. Je me rends que j’ai eu tort et que j’aurai du depuis longtemps m’impliquer !

    Mais revenons à votre article qui exprime non seulement votre ressenti mais aussi celui de beaucoup d’entre nous et même celui de nombreux sympathisants… soyez-en sûr !

    Votre motivation de travailler à l’émergence d’une vision nouvelle dans l’approche de la politique est l’avenir et je suis sûr que de plus en plus de personnes issues soit du Modem, soit de la vie civile adhèrent à cette modernité politique du XXIème siècle. Je le vois et l’entends tous les jours autour de moi !

    De plus, ainsi que vous l’écrivez justement, participer à la création d’une nouvelle approche de la politique, c’est être « éclaireurs » ou « créateurs » de la manière dont les Femmes et les Hommes travailleront demain pour le bien de tous et faire face aux défis que sont les nôtres en ce XXIème siècle.

    Mais, hélas, en politique comme en sport par exemple, il arrive que certains se trompent d’objectif et par là passent à côté ! Içi, ils risquent de rater l’opportunité qui leur est offerte de transformer enfin la vie politique… alors que c’est là ce qu’attendent les citoyens et ceci pour peut-être conserver quelques sièges d’élus qu’ils paieront ensuite au centuple auprès de leurs électeurs car cela ne résoudra en rien le quotidien du dit-électeur !

    Il existe heureusement des Femmes et des Hommes qui sont conscients que les lignes n’ont jamais été aussi prêtes de bouger pour un renouveau de la politique … encore faut-il savoir travailler sans relâche, et rester solide sur sa ligne directrice comme vous l’écrivez.
    Vous en êtes donc la preuve et vous n’êtes pas seul !

    Joël Martin – Chargé de la communication sur la 7ème circonscription du Modem 29

    • Merci Joël pour votre commentaire. Je suis convaincu que l’aspiration à un changement profond existe, est largement partagée, et émergente en réalité. Je préfère choisir ce participer à cette naissance, quitte à faire une course de fond comme vous le dites bien, qu’à faire un choix plus confortable pour conserver mon mandat d’élu régional en 2015 mais moins cohérent avec mes convictions.

  • Yanick LEFLOT-SAVAIN

    Nous sommes MALHEUREUSEMENT nombreux à aboutir aux mêmes conclusions sur la dérive d’un parti auquel nous avons cru!Faire de la politique autrement est le souhait profond de tous les français qui désertent de plus en plus les urnes.Quand seront ils entendus? Il est triste de constater qu’au MODEM le mot d’ordre est devenu, comme chez les autres,”être élu à tout prix même en reniant nos valeurs!”.Une chose est sûre je ne participerai pas au banquet du mariage Bayrou-Boorlo!

  • simon

    « La politique ne sera plus jamais comme avant ».
    On voit !

  • Marie

    Je suis au Modem, tendance centre-gauche, partage exactement la même volonté que vous d’un centre réellement indépendant, mais n’ai pas du tout perçu les échanges récents entre le Modem et l’UDI de la même façon que vous.

    Les responsables du Modem n’ont pas dit une seconde qu’ils renonçaient à l’indépendance du centre et qu’ils voulaient se ranger dans l’alignement systématique avec l’UMP.
    Ils ont justement dit que le rassemblement avec l’UDI serait possible à condition de pouvoir garder cette identité.

    J’ai plutôt le sentiment personnellement que l’UDI est en train de s’éloigner de l’UMP depuis quelques temps et de se rapprocher du Modem.

    Mais en tout cas un rassemblement pour les européennes pourrait être très intéressant puisque nous partageons la même vision pro-européenne et la même volonté pour l’avenir de l’Europe (tandis que l’UDI a fait le constat qu’elle n’était pas sur la même longueur d’onde que l’UMP pour ces questions).

    Je comprends votre appréhension, et il faut que toute décision soit prise en consultant les militants, mais en tout cas n’ayez pas peur de choses qui n’ont pas lieu.

    • Chère Marié la question n’est pas d’avoir peur de ce qui n’a pas eu lieu. Les questions est de choisir des familles politiques qui ont des réponses aux problèmes posés à nos sociétés. Et je ne pense pas que l’UDI (comme l’UMP d’ailleurs, ou le PS) en fasse parti. C’est en ce sens que ce rapprochement est un renoncement: le renoncement de changer la société francaise.

      La créativité politique est ailleurs, dans les innombrables initiatives citoyennes qui je pense seront celles qui apporteront le renouveau. Mais de cette alliance la, nous n’avons rien a attendre.

      • Marie

        Je partage votre envie de ce que devrait devenir la politique, mais trouve simplement que vous utilisez des mots trop forts pour qualifier la démarche actuelle des responsables du Modem.
        Créer un rapprochement avec l’UDI pour peser plus dans les élections n’implique pas forcément un renoncement de cette volonté de changer la vie politique. Mais vous avez raison de garder cette vigilance car c’est en étant exigeant dans ce qu’on veut qu’on pousse les responsables politiques vers le haut.

  • Nous rapprocher à travers l’Udi, de la droite et de son système clanique, est certainement une déception pour beaucoup d’entre nous, moi en tout cas ! Tout comme l’aurait été un rapprochement similaire avec la gauche. Car notre ambition était de porter une alternative, que nous croyons nécessaire pour que le pays se relève.

    Mais je crois que le principe de réalité est aussi nécessaire que de conserver l’objectif. L’indépendance doit permettre, et non interdire, des alliances. Quand j’entends ou lus les propositions politiques de Jean- Louis Borloo, je suis d’accord avec un bon 90%. Alors si on peut s’allier sur des bases honorables, tant mieux.

  • Michèle

    Patrick, tu sais combien je suis Modem et souhaite le rester,
    Je vois aujourd’hui que la seule chance de changer le pays et l opinion des français sur la politique est d offrir autre chose (ce que voulait Bayrou et il n y est pas arrivé avec le Modem)
    Nous sommes dans une impasse avec les deux partis majoritaires, et le FN nous attend tous au coin du bois , c est la raison pour laquelle je me résous _difficilement- à accepter cette union qui ne peut qu être la dernière alternative au changement et à notre décadence ,
    Je crois qu il ne s’agit pas d ego de la part de Bayrou qui n à plus rien a prouver mais d une vraie tentative de rassemblement dans notre intérêt commun et national.
    À très bientôt l ami, je respecte tes idées et ta position
    Michèle

    • Chère Michèle,

      Je pense que, pour reprendre tes mots, nous sommes dans l’impasse avec les partis politiques traditionnels, y compris l’UDI et le MoDem. Je te suggère de lire l’interview de Patrick Viveret dans Libération de samedi. Les partis politiques montrent leur incapacité à inventer un autre modèle politique et économique, alors que la métamorphose de nos sociétés occidentales est absolument nécessaire. Je pensais qu’un nouveau parti pourrait saisir cela. Malheureusement force est de constater que le MoDem n’a jamais été un ´nouveau parti’ mais seulement le fac-simile des partis traditionnels. La créativité politique est ailleurs, dans les innombrables initiatives citoyennes qui je pense seront celles qui apporteront le renouveau.

  • lacoste lagrange dominique

    Nous sommes beaucoup à penser comme toi….

  • également très contrariée de voir le MODEM auquel je participe depuis sa création 2007 rejoindre l’UDI. Très grosse déception. Je me retire avec regrets

  • J’aurais pu écrire le même article que Patrick … Avec moins de talent ! 😉

  • Chantal

    Hello Patrick,
    Modem avec toi depuis 2007, Modem je resterai
    Je n’avais pas pris de carte à l’UDF,il n’est pas question de prendre celle de l’UDI.
    Et lors d’élections à venir, je voterai pour le candidat qui me semble le plus à même de remplir la mission pour laquelle on vote. Finalement c’est simple …
    Amitiés et à bientôt ?

    • Hello Chantal,

      Le problème, c’est qu’au delà des alliances d’appareils, je ne vois plus dans le MoDem (ni dans les autres partis d’ailleurs) les propositions pour sortir de la situation dans laquelle nous sommes plongés. Pierre Rabhi disait hier à Pau “La politique pratique l’acharnement thérapeutique sur un modèle économique qui est déjà mort”. Je suis d’accord. Et donc, mobilisons-nous pour inventer une alternative.

  • Dyki33

    Je lis avec beaucoup d’intérêts les positions des uns et des autres au sujet du centre en général . mais n’est-il pas précipité d’annoncer un semblant d’éloignement de l’UDI de son demi frère l’UMP, et du MODEM soudainement entré en grâce auprès d’Alain JUPPE à des fins électoralistes.
    Ce rapprochement aussi simple soit-il pour les prochaines municipales n’aura-t-il pas de plus lourdes conséquences au moment de créer des éventuels listes communes pour les européennes où en Aquitaine les supposés prétendants se font déjà entendre

  • Sur la déception par rapport à la présidence Hollande, je partage 4 sur 5 de ce que tu exprimes dans Sud-Ouest “recul par rapport au monde de la finance, mépris et méconnaissance totale des entreprises et des forces de création de valeur. Enfin, [non] introduction d’une dose de proportionnelle et le non-cumul des mandats qui va être voté cette année mais appliqué [seulement] en 2017 !”

    Je serai plus indulgent pour la révolution fiscale, car elle est bien plus difficile à faire pour des bénéfices sont aléatoires. Du moins, le passage à une fiscalité verte est-il urgent, peut-être en chemin, mais si lentement que même Jacques Attali, il y a quelques années, s’en était moqué.

  • mauger

    pour moi, le vrai centre c’était le modem !! H Morin n’est pas un centriste !!Sincèrement pouvez vous gouverner avec monsieur Fillon!!Je ne veux pas d’une France ou les “profiteurs c’est les pauvres ” ” les étrangers ” moi , je suis pour une France de “vivre ensemble ” nos politiques ont tous les privilèges et pas beaucoup d’impôts !! quand un retraité à une augmentation d’impôts de 400€ sans augmentation de retraite , c’est de la faute à hollande , ou Sarkozy!! je voterai pour le modem ,jamais pour les profiteurs de la république , ump ou socialiste

  • au début j’étais plutôt opposé à cette alliance( du fait udi-ump) mais en y réfléchissant + j’y suis favorable, le modem restera indépendant, libre, et critique et constructif avec tout le monde, a fond derriere le modem et pour ce rapprochement

  • Marie-Ane Kraft

    Je comprends ta déception Patrick et j’avoue que l’annonce de volonté de rapprochement avec l’UDI ne m’a pas emballée sur le coup. Puis j’ai réfléchis et réalisé que c’était juste, que cela allait dans le sens de la construction et du rassemblement, et qu’il fallait prioriser l’essentiel sur les anciennes querelles. De plus F. Bayrou tient à l’indépendance et le dit. Il faut travailler en coopération ce qui ne signifie pas ralliement ni soumission.
    Nous sommes encore nombreux au MoDem, à soutenir la position courageuse de François Bayrou, de résistance et d’indépendance, de dépassement du clivage droite-gauche qui fait primer les intérêts des appareils politiques sur celui du redressement du pays qui nécessite pourtant un rassemblement. Malgré toutes les difficultés éprouvées depuis 2007 : dénigrement ou incompréhension des médias, reniements et abandon de personnalités qui n’ont pas osé risquer leur mandat, préférant céder à la tentation d’un ralliement.
    Si nous constatons aujourd’hui notre échec électoral dû à l’isolement, reconnaissant que la broyeuse électorale de nos institutions, avec scrutin majoritaire à deux tours, maintient le pays dans cette maladie psychique de la bipolarité et que les Français ne se sont pas mobilisés pour donner au Centre l’étiage suffisant pour sortir de cette broyeuse, nous ne renions en rien nos valeurs et nos idées. Nous sommes fiers d’avoir eu le courage d’assumer cette indépendance et même de donner la preuve aux Français que la défense de nos idées était supérieure à l’intérêt des postes. La voix de François Bayrou reste très écoutée, sa parole compte. Tous reconnaissent son courage et sa détermination. Si aujourd’hui il propose un rassemblement au centre en répondant favorablement à la proposition de rapprochement de Jean-Louis Borloo, ce n’est pas pour revenir en arrière à l’ancienne UDF mais pour affronter un avenir où il est indispensable d’unir les forces capables de se rassembler sur l’essentiel, pour le redressement du pays, pour la refondation de l’Europe, et pour faire poids face à la montée du Front National qui représente un danger pour la république, pour les valeurs qui sont les nôtres. Nous aurions aimé que le Parti Socialiste fasse aussi un pas dans le sens de ce rapprochement, sachant que de nombreux élus PS partagent notre vision, mais il a préféré fermer les portes pour maintenir une alliance de façade avec le Front de Gauche. Pour autant, accepter une alliance avec l’UDI ne signifie pas pour nous de nous soumettre à une alliance de fait avec l’UMP ni nous renier. D’ailleurs au sein de l’UMP existe deux positions opposées, l’une bienveillante à l’égard du FN (ou disons “de ses électeurs” et, même si non avouée, de ses idées), l’autre républicaine qui y est absolument opposée. Nous maintenons notre volonté d’indépendance et n’accepterons pas d’alliance d’appareil avec l’UMP. En revanche nous pouvons être bienveillants à l’égard de personnes de l’UMP qui adhèrent à nos valeurs et à nos idées, en opposition avec le FN, dans cette optique de rassemblement pour l’unité du pays. Notamment pour les élections locales. Nous trouverons pour cela la manière de clarifier les alliances possibles et d’organiser ce rassemblement constructif. Ce sera discuté à Guidel, au Conseil national et avec les militants et responsables du MoDem, puis certainement formalisé et acté lors d’un Congrès avant la fin 2013.

    • En fait Marie-Anne, ma déception n’est pas née de cette alliance. Cette alliance est le résultat de l’incapacité du MoDem à inventer une politique du XXIème siècle. C’est là ma vraie déception.

      Quant à Guidel, je n’irai pas. N’est-il pas étrange de convoquer un Conseil National après les annonces faites plutôt qu’avant ?…

      Bref, je poursuis mon engagement pour faire émerge une société meilleure, mais ailleurs.

  • COHN

    ..Vision transformatrice de la vie politique ?

    Une fois que l’on a dit cela , rien ne changera, ce ne sont que des slogans, comme le développement durable, nos anciens étaient certainement nuls pour ne pas y avoir pensé et pourtant !!! Des mots encore des mots, comme la politique libérale, toujours les mêmes un coup moi un coup toi; mais pas de changement de système politique, c’est a dire une politique qui redistribue les richesses crées en fonction des besoins de la population non pas en argent, mais en accès à ces besoins.
    Tout montage politique , mettant en avant de soi-disant hommes providentiels,pour atteindre le pouvoir ne peut être que défavorable au peuple.

    • Bonjour Jacques,

      Je suis d’accord avec vous ! Et c’est précisément pour cela que je me désolidarise de cette alliance. Si vous êtes un lecteur de mon blog, vous verrez mais prises de position si la réforme fiscale (des particuliers, des entreprises), la réorientation de l’économie, etc… Il me semble qu’il y a une certaine convergence avec vos propos.

      Bien à vous,
      Patrick

  • Francis LATOUR

    Je ne partage pas l’avis de P. BEAUVILLARD. Le rassemblement du Centre est une nécessité. A cet égard, je viens de lire un récent discours d’Hervé MORIN (un modèle d’ambigüité pour expliquer son changement d’opinion à ses troupes) qui se termine en s’émancipant du partenariat avec l’UMP. Demeure, pour moi, l’incertitude J.-L. BORLOO. Or, je ne crois pas que François BAYROU va brader l’indépendance durement acquise. Une nouvelle structure de rassemblement ne peut qu’être totalement libre, et ce serait une grossière erreur, qu’aucun calcul politicien ne peut cautionner, de revenir à un avatar de l’UDF. Ainsi, fais-je confiance à F. BAYROU pour ne rien céder de l’acquis. Car, cette voie doit absolument s’imposer à l’opinion, car il ne reste qu’elle ou le front national. Alors, haut les coeurs et retroussons-nous les manches.

  • Jerome Gautier

    Salut Patrick, et les autres,
    je ne sais pas si tu te souviens, à la naissance du MoDem (47),il y avait it déjà les fans de F. Bayrou, mais il y avait aussi beaucoup, qui comme moi, pensaient qu’avec ou sans le leader, le MoDem existerait. on s’est peut être trompé. enfin presque : nous sommes nombreux à contester le système politique et social de notre pays (européen aussi) et nombreux nous seront pour reconstruire ce qui va choir aux prochaines élections.
    l’une des questions que je me pose est la suivante.
    quel outil avons nous à notre disposition pour contraindre la classe politique ?
    si nous avions le référendum d’initiative populaire, une vrai représentativité à l’assemblée serait ce suffisant ?

  • christiane

    Merci! cet article me ressemble…adhérente depuis 2007 modem! je suis désenchantée…

  • Marie Thé BROCARD

    Merci Patrick , nous sommes nombreux a penser ce que tu as si bien exprime . Notre desir de continuer dans ce mouvement democrate moderne est loin d etre utopique puisque fonde sur le constat d improductivite de ce bipartisme et sur un programme et des valeurs realistes.
    Alors, vois tu je voudrais que tu utilises ta capacite a federer a nous rassembler a nouveau pour continuer notre oeuvre. Gardons notre cap.

  • |Se contenter de dire merci ne serait pas suffisant, pour la grande clarté dans votre écriture.